La vallée de Hunza au Cachemire à plus de 5 400 mètres d'altitude abrite une population d'une exceptionnelle longévité. Non seulement de nombreux habitants vivent plus de 120 ans mais en plus ils bénéficient d'une vitalité remarquable, d'une force hors du commun, d'un équilibre nerveux et psychique rare et d'une résistance aux infections presque sans faille.

Une des explications de cette longévité réside sûrement dans la qualité de leur alimentation, pratiquement dénuée de protéines animales et de l’eau absorbée, d’une grande richesse minéralogique.

Les enfants sont superbes...

Le peuple Hunza cultive principalement les arbres fruitiers dont les fameux abricotiers qui assurent la base de son alimentation et consomme les fameuses graines de Goji (nom commercial de la baie du lyciet).

Les baies de lyciet poussent abondamment dans le nord ouest de la Chine : Gansu, Ningxia, Qinghai (nord Tibet) et Mongolie Intérieure.

Le goji est présenté comme pouvant être utile dans les cas de fatigue, de faiblesse immunitaire, d'hypertension, d'infection urinaire, d'excès de cholestérol, de prévention des troubles oculaires. Certains chercheurs chinois supposent que cette baie fait partie des aliments qui pourraient retarder le vieillissement cellulaire.

Toutefois de nombreux scientifiques qualifient de « surévalués » les bienfaits attribués aux baies de goji sur la santé et selon eux ce fruit ne contient pas plus de vitamines que l'orange ou la pomme, et moins que les baies d'argousier.

Alors, l’engouement actuel du Goji, marketing ou science ?