Un vinyle sous un tas de vieux papiers, au fond du grenier…et c'est toute une partie de mon adolescence qui revient à la surface, une émotion qui oppresse et accélère les battements du coeur...l'angoisse de ceux qui manquent de repères...et de pères ?

C’est fou ce que j’ai pu faire souffrir les cordes de ma guitare sur cette chanson…les yeux embués, la gorge nouée…révolte à fleur de doigts, larmes de détresse et de rage...

La plaie ne s'est pas complètement cicatrisée, malgré toutes ces années - une véritable éternité - mais tu peux reposer en paix, va, je t'ai pardonné...