Dans le folklore nordique, le Troll est un géant, d’un caractère effroyable, semant la zizanie sur son chemin ; dans l'ouvrage « Les gnomes » de Wil Huygen/Rien Poortvliet (Albin Michel, 1979), les Trolls sont définis ainsi: « Les régions qu'ils habitent sont la Norvège, la Suède, la Finlande, la Russie, la Sibérie. Ils sont bêtes, primitifs, à la fois crédules et méfiants, d'une laideur répugnante. Ils ont un nez en forme de concombre et une queue. Leur force est redoutable ainsi que leur rapidité. Ils empestent et gardent souvent dans leur maison des caisses pleines d'argent et de bijoux volés, qu'ils caressent des doigts pendant des heures.

Au moyen-âge, le Troll est un géant maléfique, associé au pouvoir de provoquer des maladies : c’est une créature sale, poilue, laide, stupide et surtout bruyante. Malfaisante et violente donc, mais assez facile à vaincre à cause de sa bêtise.

Aujourd’hui le sens du mot a glissé et si on parle de Troll, en informatique, c’est pour désigner un personnage malfaisant dont le but est de perturber le fonctionnement des forums de discussion en multipliant les messages (ou, plus subtilement, en provoquant leur multiplication). La règle première des forums est en effet que, lorsque le nombre de messages sans intérêt devient trop important par rapport à celui des messages pertinents, le forum est considéré comme mort : il est dès lors impossible (trop de choses inutiles à lire, interface surchargée, temps de chargement du forum rédhibitoire...) d’y trouver l’information intéressante.

Les dommages sont simples : la saturation des messages pollue le forum, on oublie le fil de la discussion et il est finalement impossible de poursuivre tant le débat devient sans intérêt.

On peut répertorier le troll débutant qui ignore qu’il est un troll, le troll bête convaincu de l’intérêt de sa contribution et le troll méchant, le plus difficile à éradiquer…et mon petit doigt me dit qu’à l’avenir le plus rare sera le ptroll…