En écoutant cette chanson de Michel SARDOU, sur une radio "nostalgique", je me suis rappelé mon propre envol, avec toutefois moins de regrets et encore moins de remords...

Mais si je me suis reconnu (un peu) dans ce départ à la sauvette, j'ai surtout pensé à mes enfants, qui ont mieux que moi respecté les convenances lorsqu'ils ont quitté la maison.

Le départ d'un enfant est toujours une émotion, même si on sait bien qu'on ne fait pas un enfant pour soi, ou alors juste un peu, pour flatter son égo...

On l'élève, du mieux possible, on essaye de lui inculquer quelques valeurs, on se projette dans son avenir qu'on espère meilleur que le sien, on l'aime à sa façon et puis, un jour, on s'aperçoit que le temps a passé, trop vite, et il s'envole à son tour...et c'est vrai que la maison est vide...

That's life...