J’ai fait , il y a quelques années, un superbe périple de 5 semaines dans l’ouest des Etats-Unis, avec, chaque jour, beaucoup de route et un centre d’intérêt différend.

Je me souviens des étoiles de Sunset Boulevard et des studios de cinéma de LOS ANGELES, des mexicains de SAN DIEGO, des villes fantômes que nous avons traversées pour rejoindre LAS VEGAS et ses casinos "all you can eat"…

Je me souviens aussi de Mesa Verde et de ses maisons troglodytes, de la forêt pétrifiée, du Grand Canyon avec ses écureuils, de Brice et de Zion, du lac Powell, où la montagne se reflète dans l'eau...

Je me souviens de l’épisode où j’ai enduit de dentifrice toute ma petite famille pensant que c’était de la pommade contre les moustiques (je m’étais trompé de tube…), de la descente du Colorado en raft…

Je me souviens encore de la Vallée de la mort et du minuscule Bip-Bip, du somptueux parc de Yosémite, du charme de San Francisco…

Mais s’ il y a une rencontre qui m’a marquée, c’est bien celle avec les indiens Hopis. Nous avons roulé toute une journée dans le nord est de l'arizona pour arriver dans un village haut perché et complètement isolé, sur une "mesa", en plein centre de la réserve Navajo, et nous avons eu la chance d’assister à la danse rituelle de la pluie, qui a lieu une fois par an…nous sommes repartis en fin de journée plein d’images et de sons…caillassés par les enfants Hopis, qui semble-t-il n'apprécient pas les voyeurs…