"...je veux qu'on brûle mon corps et qu'on jette mes cendres par-dessus le pont du ruisseau de mon hameau natal, où j'ai connu les plaisirs goulus d'une enfance au parfum de primevère et de gentiane, avec à l'oreille le chant des cascades et le fri-fri-fri du criquet arcyptère jaune et noir à pattes rouges. Ma poudre s'éparpillera dans l'eau du torrent et c'est ainsi que débutera l'extase. Une pincée de ma substance sera bue par un ver de vase, qui m'apprendra le plaisir du tortillement avant d'être dévoré par une larve de libellule qu'une truite gobera...un peu de mes nitrates imprégnera des alluvions où j'alimenterai les racines du nénuphar, dont une abeille butinera la fleur. Je deviendrai miel dans le gésier de l'insecte. On m'étalera sur une tartine. Quelle langue me lèchera? Le reste de mes cendres ira vers la mer...Je volerai avec les embruns, le vent me portera jusqu'aux nues. J'escaladerai les confins de la stratosphère où l'attraction du soleil me saisira pour m'expédier, à des vitesses relativistes, vers un de ces puits de matière hyperdense qu'on nomme « trou noir »; où je réaliserai pour le restant de mon immortalité le bonheur d'avoir vécu quelques années sur la Terre, dans le parfum des fleurs, en caressant les miens, sous l'oeil énigmatique des étoiles."

Essai sur l'écosystème appliqué à l'être humain ?

Non, il s'agit d'un extrait de la conclusion du livre d'Yves PACCALET,philosophe et écologiste engagé, que je viens de terminer de lire à dose homéopathique, dont le titre à lui seul a de quoi faire frémir :
« L' HUMANITE DISPARAITRA, bon débarras ! »

En fait la conclusion paraît plutôt optimiste puisque la vie semble renaître sans fin, alors que tout l'ouvrage dépeint la soif de domination de l'homme qui le pousse à tous les crimes : guerres nucléaire et biologique, climats en folie, empoisonnement de l'air et de l'eau, nouvelles maladies...jusqu'à ce que le soleil brûle définitivement la planète, dans environ un milliard d'années...

Humour noir, à la fois provocant et désespéré...avec quand même quelques vérités qui méritent réflexion : l'effectif du genre humain avoisinera les douze milliards en 2050...nous serons ils seront entre douze et quinze milliards en 2100...imaginez le métro aux heures de pointe jusqu'en antartique, avec des continents qui auront retréci à cause du réchauffement climatique et de la montée des eaux...les experts de l'ONU parlent de trente six milliards d'humains en l'an 2300...

Réfléchissez avant de faire des enfants !

C'est un (excellent) livre à lire après les vacances, quand vous aurez rechargé vos accus, sinon vous risquez de sombrer dans l'océan du blues, victime de votre fatale incurie !

Asseyez-vous sur le rebord du monde...

Et profitez-en pour respirer tant qu'il est encore temps !