Calendrier

« mars 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

C'est le printemps

Les hirondelles sont de retour, la sève remonte dans les arbres, les bourgeons éclosent, la fonte des neiges gonfle les eaux de la Garonne, le printemps est revenu !

Ouvrez grand les fenêtres, laissez rentrer le soleil et respirez l'herbe qui reverdit, regardez le vol hésitant du papillon entre la pâquerette et le bouton d'or; secouez-vous, réveillez-vous, osez, le printemps est revenu !

Vous trouvez que mon texte est trop primaire, trop naïf ? Que ma prose est trop conventionnelle ? Que mon style est trop mièvre et trop banal ?

Alors, tant pis, écoutez… et ne venez pas réclamer ensuite !

Des communes hors du commun !

Les 36 782 communes françaises, dont 214 dans les territoires d'Outre-mer, représentent la moitié du nombre total de communes dans l'Union européenne. La commune, la division administrative la plus petite du territoire français, est née le 14 décembre 1789, se substituant ainsi au réseau de 50 000 paroisses qui existait depuis le Moyen-Âge. Les régimes politiques successifs du XIXème siècle remodifieront plusieurs fois le système de désignation des maires et conseillers municipaux avant que la loi du 5 avril 1884 n'établisse définitivement le fonctionnement communal, en vigueur aujourd'hui. Et alors que la plupart des pays européens ont réussi à faire fusionner les villes pour simplifier la gestion locale, la France se singularise par sa constance dans l'éparpillement. Dans les années 70, une centaine de communes françaises ont tenté de s'unir mais la plupart ont « divorcé » depuis.

Une autre spécificité française , c’est qu’il existe 6 communes dans la Meuse qui n’ont pas d’habitants : Bezonvaux, Beaumont-en-Verdunois, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux et Louvemont-Côte-du-Poivre.

Les maisons et édifices de ces communes ont été détruits lors de la bataille de Verdun en 1916 et n’ont jamais été reconstruits en raison de la présence trop importante de munitions qui n'ont pas explosé et qui polluent fortement le sol. Après 1918, il n'y avait plus un seul mur debout...

Et c’est pour conserver la mémoire de la Grande guerre, que l'Etat décida en 1919 lors des premières élections municipales organisées après le conflit, de les doter d'un conseil municipal restreint.

Les maires de ces communes, à la tête d'une commission municipale de trois membres chargée d'administrer les villages martyrs, seront nommés après le 2è tour du 16 mars par le Préfet de la Meuse, . A quelques différences près, ils ont les mêmes attributions que leurs collègues des villes habitées. Leur domicile est bien sûr établi dans une autre ville, ils n'ont pas le statut de "grand électeur" et ne peuvent donc pas élire les sénateurs. Dans chacune de ces communes on trouve une chapelle-abri et un monument aux morts, mais la vie n'est plus là...

Plus de problèmes pour le MoDem !